Recherche
Facebook
Instagram
Twitter
Linkedin
Contact
Actualité

Découverte d’une noyeraie en plein cœur des Borderies

16 septembre 2020 Retour

 

Cécile Vidal est productrice de noix en Charente, sur la commune de Louzac-Saint-André près de Cognac.

« Mon grand-père et les générations anciennes étaient viticulteurs et bouilleurs de crus, au cœur d’un grand terroir de Cognac, les Borderies. C’est mon père qui a décidé, il y a une trentaine d’années, de planter 20 hectares de noyers sur la propriété.  »

Depuis, elle a repris l’exploitation familiale et propose des noix et des produits dérivés haut de gamme pour les plus grands chefs étoilés.

© Pensez Local 16

 

Des produits de qualité

 

Née sur l’exploitation, Cécile Vidal ne se destinait pas à reprendre l’activité de son père. Après ses études, elle entame une carrière dans les ressources humaines pendant près de 30 ans. A un moment de sa vie, explique-t-elle, « j’ai eu envie de me rapprocher de ma famille et de revivre à la campagne ». Elle entame donc sa reconversion avec une forte envie de découvrir l’entreprenariat agricole mais conserve quand même son statut de consultante RH. Elle reprend la noyeraie familiale, crée sa marque et développe une gamme de produits.

La Noyeraie des Borderies propose des noix entières et des cerneaux mais aussi des produits dérivés à base de noix cultivées sur l’exploitation : de l’huile, des confiseries, des biscuits et même de la moutarde aux noix … avec toujours un seul mot d’ordre : la qualité. Elle n’utilise pas d’additif, ni d’arôme, ni de conservateur. D’ailleurs le verger est en conversion agriculture biologique depuis début 2020.

Les produits sont vendus en circuits courts : en vente directe, sur des salons événementiels, sur les marchés de producteurs de Charente, dans les épiceries fines régionales, les boutiques de producteurs mais aussi directement aux plus grands chefs étoilés.

© Pensez local 16

 

Le temps de la récolte

 

Cécile et la petite équipe de la Noyeraie vont très bientôt récolter leurs noix, sans doute avec une dizaine de jours d’avance cette année. Ils cultive de la franquette, un grand classique du Sud-Ouest.

« Le principe c’est de faire tomber toutes les noix sur une période de 15 jours », détaille Cécile. « Dès que le brou de la noix se fendille, on vibre tous les arbres et on ramasse ce qui est tombé à terre avec une énorme machine, qui en quelque sorte balaye le sol. Il faut d’ailleurs qu’il soit impeccable ».

Quatre personnes sont présentes en renfort pendant la saison. Il faut ensuite nettoyer et sécher les noix. Elles se conservent ainsi toute l’année et seront ensuite commercialisées en coque ou en cerneau, mais aussi sous forme d’huile de noix.

« Notre savoir-faire sur l’huile de noix, c’est la pression à froid » tient-elle à rajouter. « Cette spécificité permet de conserver le vrai goût de la noix. Elle est très appréciée dès gastronomes, d’ailleurs nous avons déjà remporté une médaille d’Or au Concours Saveurs Nouvelle-Aquitaine. »

 

Sublimez vos plats avec de la noix

 

Forcément Cécile n’est pas en reste côté cuisine. « L’huile de noix c’est un peu comme les huiles d’olive haut de gamme » compare-t-elle. « On les utilise pour assaisonner un plat mais jamais pendant la cuisson ».

Cécile conseille à ses clients de l’utiliser sur des purées de légumes (potimarron ou citrouille en hiver), des pâtes fraiches, des ravioles mais aussi en vinaigrette.

« Faites griller quelques noix en brisure, vous rajouter du bacon grillé et de l’huile de noix, sur une purée de pois cassés, une salade de lentilles, c’est un régal ! » ajoute-t-elle. « Ici, en Saintonge le plat de référence c’est les mojhettes. L’huile de noix ajoute une saveur très terrienne, très savoureuse ».

Si elles sont maintenues, Cécile espère participer aux Gastronomades pour faire découvrir au grand public sa passion et ses produits.

© Noyeraie des Borderies

 

Plus d’informations :

 

Vous aimerez aussi...
Pour votre santé pratiquez une activité physique régulière www.mangerbouger.fr