Recherche
Facebook
Instagram
Twitter
Linkedin
Contact
Actualité

L’INAO valide la reconnaissance en IGP pour le Sel et la Fleur de Sel de l’Ile de Ré

2 septembre 2020 Retour

Après 10 années de travail, les efforts et la constance dans la volonté d’aboutir de l’APSIR (Association des producteurs de sel marin de l’Ile de Ré) ont porté leurs fruits. Le 8 juillet dernier la demande de reconnaissance en IGP pour le Sel et la Fleur de Sel de l’Ile de Ré a été validée par le Comité National de l’INAO.

A présent, la procédure nationale d’opposition visant à recueillir les éventuelles oppositions à la protection de la dénomination, est en cours. Elle se terminera le 16 septembre 2020. Il s’agit là du passage obligé avant l’instruction européenne de la demande d’IGP.

 

Un paysage façonné par les sauniers

 

L’APSIR regroupe 85 sauniers soit la quasi-totalité des sauniers de l’Ile de Ré. Chaque année c’est en moyenne 2 500 tonnes de Sel de l’Ile de Ré et 200 tonnes de Fleur de Sel de l’Ile de Ré qui sont récoltés sur l’île.

Les 1500 ha de marais salants sur l’île de Ré, façonnés par l’homme pour produire du sel, ont créé un paysage exceptionnel, rendant ces zones riches d’habitats naturels très spécifiques et d’espèces faunistiques ou floristiques parfois rares. En entretenant les systèmes hydrauliques du marais les sauniers sont « producteurs de sel et de biodiversité ».

MJB

Un produit ancestral

 

La récolte se fait avec des gestes anciens, non mécanisés, hérités d’une tradition séculaire mettant en œuvre des outils spécifiques.

La Fleur de Sel de l’Ile de Ré est récoltée lorsqu’elle cristallise à la surface de l’aire saunante en une mince couche de cristaux blancs. Elle est alors récoltée à la surface de l’eau à l’aide de la lousse et cela quotidiennement dès que les conditions météorologiques sont réunies.

La Fleur de Sel a une couleur blanche avec des notes légèrement rouges ou jaunes s’estompant avec le temps.

Lorsque la fleur de sel tombe au fond de l’aire saunante, elle devient du sel.

Au fur et à mesure de sa cristallisation le Sel de l’Ile de Ré est régulièrement récolté manuellement, avec le simoussi, sur les fonds argileux des aires saunantes. Des particules d’argile se mêlent alors au sel caractérisant le « Sel de l’Ile de Ré » par une coloration blanche à grise.

Dès 2016, dans la perspective de l’obtention de l’IGP, les opérateurs ont décidé de procéder au contrôle interne de la production en confiant à un organisme extérieur indépendant le contrôle de sa conformité au cahier des charges en cours de construction tout en suivant son évolution.

 

MJB

Plus d’informations

www.inao.gouv.fr

 

Pour votre santé pratiquez une activité physique régulière www.mangerbouger.fr